Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Mer 30 Jan - 18:08
Morgan Aristov
19/12/2018
30
18 Novembre 1975, 18 ans
Hogwarts... et Forêt des chutes de Jog
Assistant-Professeur d'Alexei
Ronchonne
Assistant-professeur d'Alexei
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t29-morgan-aristov-le-loup-sort-des-boishttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t54-la-famille-de-morgan-aristovhttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t61-demande-de-rps-de-morgan-aristov#126http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t55-voliere-de-morgan-aristov#117
Il n’avait finalement pas pu s’en empêcher et il grogna silencieusement, se fondant discrètement et silencieusement dans les ombres de la forêt. Dès la réunion de rentrée, il avait sentit le putain de lien se faire entre lui et le sorcier et n’avait absolument pas masqué son aversion pour l’homme, lui décochant un regard aussi noir que meurtrier et lui souhaitant mille morts. Il avait pourtant gardé le silence, l’insultant quand même à voix basse quand il était passé à côté de lui avant de quitter la salle de réunion avant Alexei.
Après cela, il avait pris soin d’éviter le professeur de potion, ne participant pas aux repas et évitant de poser un seul pieds dans le château. Malheureusement pour lui, il avait eut besoin de distraction et se retrouvait souvent dans la bibliothèque, croisant occasionnellement le sorcier honnis. A chaque fois, il le menaçait du regard sans pour autant lui parler, marchant d’un pas aussi raide que hargneux. Il le haïssait… plus que tout, il ne pouvait supporter sa présence. Il avait beau savoir que ce lien n’était en aucun cas de sa faute, il ne pouvait que reporter sa rage sur lui, silencieusement… pour le moment.

La forêt interdite était « dangereuse » surtout alors que la pleine lune s’annonçait dans quelques heures. Il en était plutôt ravi, cela voulait dire qu’il pourrait un peu échapper de sa frustration. Mais voilà, il semblait aussi que c’était le moment idéale pour aller chercher certains ingrédient et la lune ne s’était pas encore pointé que le professeur de potion dont il refusait même de penser le nom, s’était engouffré dans la forêt.
Il avait grogné sans pouvoir s’empêcher de s’engouffrer dans la forêt à la suite du sinistre professeur, pied nus puisqu’il avait commencé à enlever ses chaussures en vu de sa transformation. Pestant contre tous les sorciers et leur monde débile, il se cachait à la vu de l’autre. Au moins, il aurait tenu un mois sans lui sauter à la gorge alors, il avait fait plus que sa part. Mais puisque c’était ainsi, puisque se défouler dans la forêt ne lui était même pas permis en cette douce soirée, il allait faire comprendre à l’impudent toute l’horreur de son existence ! Tout était de sa faute, à ce maudit sorcier !

Le loup en lui grogna, peu d’accord avec ses pensées. Lui ne voulait qu’une chose, son compagnon. Il voulait faire connaissance avec lui, se tenir près de lui et le protéger… et c’était bien ça que Morgan haïssait par dessus-tout, il ne supportait pas ce sentiment.
Le sorcier s’arrêta et il grogna de nouveau, plus sourdement. Un grognement qui s’éleva dans la petite clairière où ils se trouvaient et qui était plongé dans la pénombre, bien éclairé grâce à la pleine lune qui s’élevait à présent fièrement. Ses yeux à lui semblaient refléter un peu la lune à cet instant, plus blanc que bleu…

Maintenant, il attendait simplement que l’homme fasse un simple mouvement vers lui pour se montrer. Mais avait-il seulement senti sa présence ? Ce n’était qu’un vulgaire sorcier après-tout.


Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Mar 26 Fév - 11:31
Severus Snape
17/12/2018
28
Professeur de Potions
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t28-severus-snape-what-a-cowardise-twenty-points-less-for-gryffindor#55http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t93-severus-snape-tu-vois-pas-que-je-fais-une-potion-degagehttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t92-severus-snape-chouette-un-message#218
Ses longs et amples vêtements noirs voletaient au gré des brises agitant l'air et il entendit des élèves pousser des exclamations de surprise ainsi que des « Dépêches, dépêches, j'veux pas me prendre une retenue de bat ». Cela rendait notre Professeur complètement indifférent, étant donné que les élèves en question n'étaient pas sur son chemin et qu'il ne s'agissait ni de Harry, ni de Draco. Et il avait plus important à faire que de se préoccuper d'idiots n'étant même pas capables de respecter un simple couvre-feu. De sa démarche silencieuse et fluide, il se coula avec une rare adresse hors du château pour glisser avec autant d'efficacité que de discrétion dans la Forêt Interdite. Il avait remarqué qu'il lui manquait certains ingrédients et, pour la plupart d'entre eux, les effets des rayons lunaires rendaient la période de cueillette optimale. Alors avec une pleine lune... c'était la période idéale. Il se permit même le luxe de clore ses paupières lorsque la lune venait caresser son visage de sa lumière, tous ses autres sens en éveil pour lui permettre de réagir à une quelconque menace, un quelconque danger. Son intuition n'en sentait cependant aucune. Pour l'instant...

Ayant accroché à sa ceinture diverses bourses en tissu dans lesquelles ranger certains ingrédients, et ayant apporté une besace en cuir dans laquelle trônait une panoplie de fioles en tous genres, son pas le guida vers une première plante et il s'accroupit devant elle. Caressant avec tendresse les feuilles qu'il rangeait, prenant la fleur et ses racines avec mille précautions tout en contemplant les gouttes de rosée qu'il recueillit dans une petite fiole destinée à cet effet, il continua sa cueillette avec autant de froideur sur son expression que de tendresse dans ses gestes. Par moments, ses yeux dérivaient vers l'extrême gauche ou l'extrême droite pour regarder derrière lui sans que sa tête ne suivît le mouvement. Snape se sentait suivi mais ne sentait pas de mauvaise intention, pas de menaces, émanant derrière lui. S'il fronça les sourcils en entendant un grognement sourd, qui s'était presque perdu dans la brise et la distance, son regard s'adoucit et se para bien vite de nostalgie lorsqu'il vit une biche passer et s'éloigner en sautillant agilement.

Il s'était arrêté dans une petite clairière pour ramasser un deuxième ingrédient, servant à confectionner le Philtre de Paix d'ailleurs, et l'apparition de cette biche avait été à la fois fortuite et à la fois... évidente. Fluide. Et il sentait toujours une présence le suivre. Une présence qui n'était pas menaçante et qui lui rappelait étrangement l'impertinent qui passait sa vie à essayer de tuer notre Professeur de son regard dès qu'ils se croisaient dans les couloirs. Et les paroles d'Aëlrynn lui revinrent en mémoire, en particulier sa conclusion dite sur un ton malicieux et enjoué. « Dans tous les cas, toutes mes condoléances. L'un ou l'autre, t'es dans un sacré fumier mon pote. » Sans rire... Il recueillit les sépales et les racines dont il avait besoin, puis la tige avec toujours autant de tendresse que de minutie. Sa tête se tourna légèrement, très peu, vers la droite. Il allait pour regarder la présence derrière lui mais... il ferma durement les yeux. Non. Il ne sentait pas de menace et il avait beaucoup de choses à faire. Alors non. Il avorta son geste à peine esquissé et regarda l'homologue de la plante qu'il venait de recueillir. Le souvenir de la biche qui était passée le fit sourire tristement, même si son visage restait froid et ses yeux contenaient la même dureté. ... Non, définitivement. Il soupira et, se déplaçant félinement tout en restant accroupi vers une herbe, il la délogea de terre avec une infinie gentillesse avant de presser les racines dans une fiole pour en garder le liquide. Cela fait, il mit les racines et l'herbe de côté et laissa mollement ses mains retomber dans l'herbe. Et un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres.
Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Mar 26 Fév - 12:59
Morgan Aristov
19/12/2018
30
18 Novembre 1975, 18 ans
Hogwarts... et Forêt des chutes de Jog
Assistant-Professeur d'Alexei
Ronchonne
Assistant-professeur d'Alexei
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t29-morgan-aristov-le-loup-sort-des-boishttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t54-la-famille-de-morgan-aristovhttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t61-demande-de-rps-de-morgan-aristov#126http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t55-voliere-de-morgan-aristov#117
Il pouvait bien pester mentalement autant qu’il le voulait, ses yeux ne pouvait se détacher de la silhouette de l’homme tout comme il ne pouvait s’empêcher d’apprécier la douceur et le soin avec lequel il faisait chacun de ses gestes. Il confirmait bien, en osmose ou pas, être un loup-garou était une véritable malédiction en cet instant.
Il avait été silencieux durant sa filature, se battant mentalement avec le loup au fond de lui et grognant parfois. Ses mains tremblaient de plus en plus et ses jambes lui faisait mal à force de se retenir d’aller vers lui.

Magie de merde.

L’homme se retourna à moitié et il ne pu s’empêcher de penser qu’il savait pertinemment qu’il était là et pourtant, il ne se tourna pas vers lui ni ne lui adressa le moindre regards. Un grognement plus sourd monta dans sa poitrine alors que ses yeux n’étaient plus que deux billes blanches. Au fond de lui, le loup gémissait de peine d’être ignorait ainsi…
Il ne pouvait plus, il avait déjà trop retarder l’échéance et il le savait. S’il continuait ainsi il allait faire quelque chose de vraiment stupide et devenir fou.

Non, c’était déjà trop tard pour se retenir de faire une chose incorrect.

Il s’approcha donc, silencieusement et avec une certaine lenteur comme le chasseur sur sa proie. La lune avait fait son apparition, les éclairant de sa douce lumière et il attendit à un mètre derrière lui que le professeur se relève.
Tous ses muscles étaient tendu et il était prêt à bondir sur sa proie s’il le fallait. Mais ce n’était pas une simple proie, c’était son compagnon… son peut-être futur compagnon… et il était toujours sous sa forme humaine bien que le loup ne fut pas loin.

Ne m’ignore pas. Dit-il dangereusement dans un grondement sourd.

Il avait parlé à voix basse mais comme ils étaient seul, cela suffit pour clairement se faire entendre et sous la menace de prédateur qu’il représentait, aucune créature ou animaux ne s’était attardés dans les environs, plongeant la clairière dans le silence le plus complet.

Je hais les sorciers… toi plus que tous… continua-t-il sur le même ton, se rapprochant aussi dangereusement que le loup qu’il était.

Une haine sincère ce voyait dans son regard, une lueur meurtrière aussi… tout son corps était tendu alors qu’il avancé souplement jusqu’à pouvoir tendre le bras et saisir le siens pour le tourner vers lui. Le gauche, celui où se portait sa marque.
Il aurait pu prendre le droit pour éviter qu’il se serve de sa baguette mais ce n’était pas la logique du loup… le loup n’aimait pas que son compagnon porte la marque d’un autre et tel était donc sa priorité. Comme s’il refusait d’envisager que son futur compagnon puisse l’attaquer. Morgan n’aurait pas été de cet avis mais en cet instant, le loup était bien trop fort sur sa raison.

Sa main se serra sur le bras de l’autre, pas de toute sa force… mais assez pour que le sombre professeur en garde un bleu après leur rencontre. Une marque contre une autre…


Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Mar 26 Fév - 15:56
Severus Snape
17/12/2018
28
Professeur de Potions
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t28-severus-snape-what-a-cowardise-twenty-points-less-for-gryffindor#55http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t93-severus-snape-tu-vois-pas-que-je-fais-une-potion-degagehttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t92-severus-snape-chouette-un-message#218
Toujours accroupi, Severus finissait de ranger le tout et s'apprêtait à recommencer son opération précédente si ce n'était qu'il sentait la présence se rapprocher dans son dos. Alors, instinctivement, il cessa de bouger, laissa ses bras ballants retomber dans l'herbe et soupira légèrement. Il ne sentait toujours aucune mauvaise intention... aucune menace potentielle. Si ses yeux se plissèrent imperceptiblement l'espace d'un furtif instant, ses jambes se déplièrent lentement et il se redressa tandis que sa main gauche s'était instinctivement portée sous sa cape. « Il est soit un loup-garou, soit un vampire. », lui avait d'abord expliqué Aëlrynn. Notre Professeur ne s'était toujours pas tourné vers la présence, dont il commençait à se douter de l'identité - il sentait sur lui le regard noir de cet impertinent -, mais il était en pleine réflexion. Comme toutes les fois où leurs regards s'étaient croisés, il n'avait aucune idée sur quelle attitude adopter, encore moins sur la bonne façon d'agir. Ce pourquoi il choisissait depuis un peu plus d'un mois l'option 'ne pas réagir du tout'. Parler ? Parler pour dire quoi, au juste ? Mutiler le silence en de vaines paroles n'était absolument pas dans sa philosophie. Agir ? Comment, quand, pourquoi ? L'immobilité avait du bon. Mais...

« Ne m'ignore pas. »

Le murmure était dit d'une telle voix, avec une telle force, qu'il aurait pu le faire réagir si Severus ne s'était déjà pas transformé avec une ressemblance confondante en statue de glace. « Je ne t'ignore pas. » répondit-il toutefois en son for intérieur. Sans bouger. Une froideur impénétrable s'était imprégnée de son visage, jusqu'aux abysses de ses yeux qu'il gardait fermés. Le silence revint alors. Complet. Un silence qui détendit les muscles de Snape même si tous ses sens, autre que sa vue, étaient focalisés sur la présence derrière lui. Et pourtant... il ne sentait pas de menace. Il n'en sentait toujours aucune.

« Je hais les sorciers..., entendit-il alors que la présence se rapprochait encore. Toi plus tous... »

Notre Professeur ferma plus durement ses yeux, même lorsqu'il sentit une main de fer se refermer sur son bras gauche, à l'endroit exact où sa marque de mangemort était gravée jusqu'à la moelle. Et, tout en se tournant vers la présence qui était effectivement Morgan Aristov, il ouvrit ses paupières et plia fluidement son bras droit dans son dos. Son regard glacial soutenait sans mal les yeux brûlants de haine de l'impertinent. « Si c'est un loup-garou, tu es chanceux ! Ils sont suuuuper gentils avec leur compagnon ! » Vu la poigne qui tenait son bras, il allait lui faire avaler la définition de gentil à l'autre elfique... Cloisonnant ses états d'âme, sa froideur ne cilla pas plus qu'elle ne recula et étendit même son empire jusqu'à son immobilité et sa respiration.

« Tu es un loup-garou ? »

... même sa voix était froide, dure. Le même marbre glacé dans lequel il était actuellement taillé, qui se voyait même dans les profondeurs de ses yeux. Loup-garou ou pas, même si son bras gauche commençait sérieusement à le lancer et lui faire mal, il ne bougea pas plus. Parce qu'il ne savait toujours pas comment réagir. Alors il soupira, légèrement, inaudiblement, une énième fois, tout en fermant ses paupières à demi sans lâcher l'impertinent des yeux, sans désancrer son regard du sien. « Et s'il n'est pas un loup-garou, il est donc un vampire. ... Merveilleux. » pensa-t-il au plus profond de ses pensées qu'il maîtrisait et régulait avec une poigne encore plus rigoureuse que celle qui faisait bleuir l'un de ses bras. Il finit d'ailleurs par empoigner le bras qui gardait le sien prisonnier, d'un geste assez lent et aussi doux qu'il n'était ferme.

« Si tu tiens à le casser, ne le fais pas à moitié. »

Même voix, même ton, même froideur.
Mais l'étreinte commençait à le lancer de trop et il n'avait pas encore fini sa cueillette. Et il était trop consciencieux pour le faire avec un bras dont il ne maîtrisait pas les lancements.


Dernière édition par Severus Snape le Mer 27 Fév - 12:11, édité 1 fois
Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Mar 26 Fév - 17:08
Morgan Aristov
19/12/2018
30
18 Novembre 1975, 18 ans
Hogwarts... et Forêt des chutes de Jog
Assistant-Professeur d'Alexei
Ronchonne
Assistant-professeur d'Alexei
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t29-morgan-aristov-le-loup-sort-des-boishttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t54-la-famille-de-morgan-aristovhttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t61-demande-de-rps-de-morgan-aristov#126http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t55-voliere-de-morgan-aristov#117
Le silence et l’immobilité de son compagnon apaisait le loup, mais plus que tout, le fait qu’il ne s’éloigne pas ou ne tente pas de le rejeter, qu’il soit aussi détendu en sa présence malgré tout. Il haïssait se sentiment… celui de se sentir bien alors qu’ils étaient plus proche et qu’il pouvait sentir son odeur… qu’il pouvait le toucher…
Il réprima le gémissement de bonheur du loup en lui, serrant les dents aussi fort qu’il serrait le bras du sorcier devant lui.

Tu es un loup-garou ?

Il continua simplement de le regarder droit dans les yeux un moment, une légère curiosité brillant tout au fond. C’était la pleine lune et il était sous sa forme humaine… aucun sorcier ne lui aurait demandé cela… aucun… sauf Severus Snape apparemment…
Il entendit le léger soupir, ne lâchant pourtant pas les deux obsidiennes qui lui faisaient éhontément face. Il devait reconnaître qui devait admirer l’homme pour rester aussi droit face à lui. Pas qu’il lui ferait de mal, il ne pourrait pas même s’il le voulait ardemment… ou il ne le voulait plus… mais rester ainsi face à un loup… un léger sourire sarcastique étira ses lèvres. Non, il n’en était pas sûr, sinon il n’aurait pas posé la question.

Si tu tiens à le casser, ne le fais pas à moitié.

Un grognement plus… plaintif, s’échappa de ses lèvres sans qu’il ne puisse le retenir. La lueur de son regard se fit triste et il desserra son emprise même s’il ne le lâcha pas pour autant.

Je ne te ferais pas de malsouffla-t-il bien plus calme.

La glace de ses yeux n’avait pas disparut et il serra les lèvres. Il l’avait suivit parce qu’il voulait lui faire comprendre qu’il le haïssait plus que tout et… il s’était simplement fait avoir. La joie du loup d’être à proximité dans un environnement où il était dans son élément était bien trop forte… un peu comme s’il s’était assit sur sa volonté humaine pour lui dire qu’il le laisserait pas maltraiter son compagnon plus longtemps.

Tu sens l’elfe… dit-il brusquement pour toute réponse.

Il soupira à son tour, le lâchant en reculant pour passer une main dans ses cheveux tout en retirant l’élastique au passage qu’il glissa dans sa poche. Son regard se fit morne alors qu’il passait d’une humeur à l’autre et il balaya la clairière du regard avant de le reposait sur le sorcier, le regardant toujours avec la même froideur que ce dernier.

Que t’a-t-il dit ?

Parce que les Elfes pouvaient sentir les liens alors, même s’il ne l’avait pas vu, il pouvait le déduire. Ils étaient des « enfants de la Magie » contrairement à eux. Mais qu’il ai parlé, il ne savait pas s’il devait en être heureux ou non, sachant qu’une part de lui se révoltait à l’idée qu’une créature magique l’ai approché d’assez près pour laisser son odeur sur lui. Ça lui donnait envie de la retirer…
Il s’avança vers lui de nouveau, tendant la main vers son bras avant de ce raviser. Il ne voulait pas lui faire du mal.

Laisses tomber, finit-il par lâcher avant d'obtenir une réponse.

Inconstant et agité... mais il ne savait que dire ou... que faire. Il ne voulait pas de ce lien mais n'avait pas le choix et l'envie ainsi que l'espoir de son loup le tuait peu à peu. Il avait l'impression qu'il allait devenir fou...

Repousses-moi... finit-il par dire, le regardant droit dans les yeux.

Pourtant, ce qu'il n'avait pas entendu, c'était que son ton était plaintif... son regard lui suppliant de ne pas le faire.
Et tout cela alors qu'il ne lui avait même pas dit qu'il était son compagnon... qu'il ne savait même pas ce que savait l'homme...


Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Mer 27 Fév - 13:07
Severus Snape
17/12/2018
28
Professeur de Potions
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t28-severus-snape-what-a-cowardise-twenty-points-less-for-gryffindor#55http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t93-severus-snape-tu-vois-pas-que-je-fais-une-potion-degagehttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t92-severus-snape-chouette-un-message#218
Un sourire sarcastique finit par entériner la réponse à sa question, ce qui ne dégela nullement la statue de glace que Snape était devenu. Il avait sa réponse, bien qu'elle eût d'abord été donnée par le silence et le calme de l'impertinent qui ne savait, visiblement, pas plus sur quel pied danser que notre Professeur. Il finit toutefois par lui faire savoir que son bras lui lançait fortement et le son comme le regard qui accueillirent sa réponse le déboussolèrent même s'il n'en laissa rien paraître. En moins d'une seconde, la poigne de fer se transforma en douce étreinte mais Snape n'y réagit pas. Il ne savait ni quoi dire, ni quoi faire... et encore moins quoi penser. « Pourquoi es-tu si contradictoire... ? » Il ne comprenait pas. Ses paupières se fermèrent à demi, tant sous le coup de la réflexion qu'en réponse à la phrase qui suivit.

« Je ne te ferais pas de mal. »

Une expiration lente et profonde se fit entendre, puis plus rien. Notre Professeur avait intériorisé sa respiration et hocha simplement la tête. Une seule fois. La tristesse qui était passée dans les yeux du plus jeune lui était aussi familière qu'étrangère. Le souvenir de la biche qui était passée remonta à la surface de ses pensées mais sa froideur empêchait toute émotion, tout état d'âme, de se manifester tant dans ses gestes que sur son visage. « Pourquoi... » Il ne savait pas. Il ne savait toujours pas comment réagir. Et s'il s'exhortait qu'il fallait lâcher prise, se laisser porter par le courant, il ne pouvait s'y résoudre sans comprendre. D'ai-...

« Tu sens l'elfe.
Que... hein ? »


Il ne bougea pas plus mais un sincère étonnement était passé dans ses yeux avant d'être écrasé à la vitesse de la lumière par sa froideur glaciale. Comment ça il avait l'odeur d'Aëlrynn sur lui ? L'attention de notre Professeur se focalisa bien rapidement sur Morgan, qui avait relâché son bras et s'était éloigné. Sa main droite se posa autant sur sa marque de mangemort que son bleu tandis qu'il ramena lentement son bras gauche contre son flanc. L'autre elfique avait besoin de poser sa main sur son épaule pour laisser son odeur sur lui ? « Gaffe à ton cul, les loups-garous sont possessifs. Quoique, les vampires c'est pas mieux... » Snape passa sa main gauche dans ses cheveux, ramenant sa chevelure en arrière. Tss...

« Que t'a-t-il dit ? »

Son regard aussi glacial que calme se plongea dans celui de Morgan. Elle lui avait dit à la fois beaucoup et peu de choses. Ses doigts se fermèrent lentement en un poing, meurtrissant quelques cheveux gras au passage, sur son crâne. Elle ne lui en avait clairement pas assez dit pour qu'il comprît pleinement dans quel fumier, comme elle le disait, il était. Les yeux de Snape se rivèrent vers la main qui s'avança et se tendit vers lui mais il ne bougea pas. Et la main se retira bien assez vite, de toutes façons. Non... non, il ne savait toujours pas quelle était la bonne attitude à adopter. Il n'était certain que d'une chose : fuir ne ferait que le desservir.

« Laisse tomber.
Non. »
, répondit-il sur le vif d'un ton aussi glacial que décidé. Ferme.


Laisser tomber ? Un éclat dur alluma son regard jusque là froid et vide. Laisser tomber ? Et puis quoi encore, faire un philtre de paix avec une mandragore ? Hors de question. Le poing fourragé dans ses cheveux se durcit jusqu'à blanchir ses phalanges et son bras le lança que davantage mais il n'en montra rien. Il n'était que froideur et immobilité. ... et dureté.

« Repousse-moi.
Pourquoi ? »
demanda-t-il d'une voix où une certaine douceur incontrôlée ressortait.

Même si sa voix était froide, sèche, dure, glaciale... cette pointe de douceur était sortie. Snape ne s'en était, au demeurant, pas aperçu et ne chercha pas non plus à la justifier après coup. C'était inutile. Il ferma les yeux, doucement, avant de se retourner, de s'accroupir et de poursuivre sa cueillette d'herbes, de racines et d'extraction de sève. C'était quoi ce regard suppliant ? Non. Ferme. Et pourtant... il ne savait encore moins comment agir qu'avant cette rencontre. Il soupira légèrement. Encore.

« Aëlrynn m'a simplement parlé des compagnons des loups-garous. Qu'ils étaient possessifs envers eux. Et que, si le compagnon pouvait refuser ce... lien, le loup ne le pouvait pas. », expliqua-t-il finalement après avoir fini de recueillir sept herbes identiques.

Sa fiole contenant le jus des racines était quasiment pleine et il rangea le tout avant de se redresser, posant par réflexe sa main droite sur son bleu qui le lançait toujours sans qu'il n'en montrât rien. Il n'y avait que les imbéciles pour étaler leur douleur et leur incompétence ouvertement. Notre Professeur fit quelques pas avant de s'accroupir face à l'une des fleurs qu'il cherchait, qui avait besoin des rayons de la pleine lune pour avoir ses propriétés au maximum. Il caressa avec douceur les pétales et sépales qu'il recueillait et, tout en extrayant les racines avec une minutie encore plus rare que celle qu'il avait pu montrer auparavant, il reprit la parole.

« ... et que si le compagnon refusait, cela pouvait entraîner la mort ou la folie du loup. », lança-t-il tout en prenant précautionneusement les racines de la fleur et de mettre la tige à part avant de reprendre.

Il se redressa et se tourna pour ancrer son regard dans celui de Morgan.
Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Ven 1 Mar - 9:41
Morgan Aristov
19/12/2018
30
18 Novembre 1975, 18 ans
Hogwarts... et Forêt des chutes de Jog
Assistant-Professeur d'Alexei
Ronchonne
Assistant-professeur d'Alexei
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t29-morgan-aristov-le-loup-sort-des-boishttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t54-la-famille-de-morgan-aristovhttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t61-demande-de-rps-de-morgan-aristov#126http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t55-voliere-de-morgan-aristov#117
Il ne fit pas attention au ton catégorique tout comme il ne releva pas la réponse. Le sorcier n’avait rien à y gagner d’accepter à se lier avec un loup-garou et lui ne voulait certainement pas entretenir le faux-espoir qu’avait son loup de le faire sien un jour. Plus il restait ici en sa compagnie, plus cela serait difficile pour lui… si ce n’était pas déjà trop tard…
Il fallait qu’il quitte Hogwarts au plus vite. Svet’ pouvait bien se débrouiller, n’est-ce pas ?

Aëlrynn m'a simplement parlé des compagnons des loups-garous. Qu'ils étaient possessifs envers eux. Et que, si le compagnon pouvait refuser ce... lien, le loup ne le pouvait pas.

Il grogna très légèrement, croisant ses bras sur sa poitrine d’un air… bougon. Bon, il ne pouvait pas réfuter le fait qu’ils étaient possessifs envers leur compagnon… mais n’était-ce pas le cas de toutes créatures magiques liées ?
Quand au détail supplémentaire donné… il aurait tué l’Elfe s’il l’avait eut devant lui. Dire au lié qu’il a le choix revient à lui donner le pouvoir de blesser l’autre et ce, en toute connaissance de cause. Et les sorciers pouvaient tellement être cruels pour ça. Ils n’avaient pas les même mœurs et valeurs qu’eux concernant les liens magiques. Et puis, malgré tout…

... et que si le compagnon refusait, cela pouvait entraîner la mort ou la folie du loup.

Il ne voulait pas que son « compagnon » le fasse uniquement parce qu’il se sentait obligé et non parce qu’il le voulait.
Sa mâchoire se crispa à l’entente de ces derniers mots.

De quoi il se mêle ? Grogna-t-il furieusement.

C’était précisément le genre de choses qu’il voulait éviter. À quoi avait donc pensé ce stupide Elfe pour dire cela ? Aucun doute, s’il trouvait ce « Aëlrynn », il lui ferait la peau.

Ce qu’il m’arrive si tu refuses n’est pas ton problème, continua-t-il d’un ton agressif.

Son regard lançait des éclairs alors qu’on pouvait clairement ressentir les envies de meurtres qui l’agitaient… lui et son loup qui n’étaient pas plus heureux que son lien sache cela. Les poings serrés, il s’était mis à faire les cent pas dans la clairière.
Le pire qu’il pourrait avoir, outre le fait que ce soit un sorcier, c’était qu’en plus s’en soit un qui fasse preuve d’altruisme. Non seulement lui ne le supporterait pas mais son loup en serait profondément triste.

Il s’arrêta donc, fixant une nouvelle fois le sorcier et cherchant ses yeux des siens.

Il a oublié de te préciser alors que les compagnons étaient comme des âme-sœurs. C’est une relation de « couple » et non de simple présence. Tu ne peux pas simplement être passif en tant que compagnon.

Même ceux faisant preuves d’altruisme ne pouvait pas ce lancer dans une chose pareil sans sentiments, n’est-ce pas ? Si c’était le cas… il le prendrait affreusement mal et même si le loup n’était pas violent envers son compagnon, il y risquait d’y avoir bon nombre de problème.
Son regard se fit plus instant alors qu’il se rapprochait pour n’être qu’à quelques centimètres de lui.

Il te suffit seulement de dire que tu ne veux pas de moi et tu n’auras plus à supporter ma présence.

Sa voix était douce… mais pas la même douceur que le sorcier avait fait preuve un peu plus tôt – et qui avait fait rater un battement à son cœur – mais une douceur mauvaise. Une qui laissait présager qu’il serait capable du pire s’il venait à le rejeter réellement.
Et pourtant, il ne trahirait pas sa parole. Il partirait sur le champ dès que l’autre aurait prononcé ces mots.


Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Ven 1 Mar - 17:47
Severus Snape
17/12/2018
28
Professeur de Potions
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t28-severus-snape-what-a-cowardise-twenty-points-less-for-gryffindor#55http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t93-severus-snape-tu-vois-pas-que-je-fais-une-potion-degagehttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t92-severus-snape-chouette-un-message#218
La première chose qu'il vit fut une mâchoire qui se crispa et, alors qu'il s'était tourné vers Morgan avant tout pour observer ses réactions, son coeur se serra pour une raison qu'il connaissait. Il devait agir mais... comment. Quand. ... comment... Snape choisit de clore ses paupières. Fermer ses oreilles, cloisonner solidement ses pensées et bloquer son esprit. Il choisit de se fier aux ressentis plus qu'aux mots, de ne pas voir le paradoxe ambulant que soulevaient les gestes de Morgan, en perpétuelle contradiction avec ses mots. Il choisit de lâcher prise, parce qu'il savait que le moment qu'il avait essayé de repousser jusque là était devant lui ; il devait agir. Il ne savait absolument quand, encore moins comment, mais il devait agir.

« De quoi il se mêle ? »

Le grognement furieux lui fit ouvrir un regard d'une cruelle neutralité. Son expression froide, dure, sévère, était toujours là. Immuable. Et il fixa le visage du plus jeune, ayant précautionneusement mis son cerveau de côté. Il devait agir. Lâcher prise, ne plus se poser de questions. Et agir. Tâtonner si nécessaire, mais tâtonner restait agir.

« Ce qu’il m’arrive si tu refuses n’est pas ton problème. »

L'agressivité laissa notre Professeur de marbre. Pour l'instant, son action était de rester immobile. Et d'écouter. Non pas d'entendre, mais d'écouter. Et de ne plus chercher à comprendre. Le regard lançant des éclairs de Morgan ne l'atteignit pas ou, si c'était le cas, rien ne le laissait paraître. Morgan avait raison et, que notre Professeur acceptât ou refusât, il le ferait avant tout pour lui de toutes façons... Alors que le plus jeune s'était mis à faire les cent pas, Snape reprit sa cueillette. Cette clairière regorgeait de merveilles en terme de plants et de racines, et il n'allait pas se priver de l'action bénéfique des rayons de la pleine lune. Il préférait laisser l'autre dire ce qu'il avait à dire et n'y réagir qu'après y avoir réfléchi. À supposer qu'il agirait directement après, ou peu après, ce dont il n'était toujours pas convaincu. Au moins avait-il arrêté de se demander comment agir, ce qui était déjà un bon début... Après avoir recueilli avec une grande tendresse des hellébores, il tourna son regard vers Morgan, ayant senti le sien sur lui.

« Il a oublié de te préciser alors que les compagnons étaient comme des âme-sœurs. C’est une relation de « couple » et non de simple présence. Tu ne peux pas simplement être passif en tant que compagnon. »

Snape réussit à empêcher un millième soupir de s'échapper de ses lèvres, tout comme son regard impitoyablement neutre et son visage ne changèrent pas non plus. « ... c'était donc vrai, ça aussi. » Si Aëlrynn ne lui avait rien dit au sujet des âmes soeurs et de la non-passivité d'un compagnon, elle lui avait en revanche parlé du... couple. Et c'était la raison principale qui faisait que, jusqu'à il y avait quelques minutes maintenant, notre Professeur s'était plongé dans l'inaction ; parce qu'il n'avait pas su comment agir à cette information. Maintenant, il se contentait de... lâcher prise. Et de réfléchir, aussi, mais plus avec son cerveau. En voyant les yeux insistants de Morgan et, surtout, en le voyant s'approcher à nouveau, notre Severus se redressa aussi souplement que fluidement et le laissa venir à lui. Ses deux bras étaient croisés dans son dos. Et il allait vraiment devoir se faire un cataplasme...

« Il te suffit seulement de dire que tu ne veux pas de moi et tu n’auras plus à supporter ma présence.
... »

Il allait pour parler mais ses lèvres restèrent scellées. Et son regard neutre s'évapora. Ses yeux s'étaient plissés et se durcirent autant qu'ils s'adoucirent. Allons bon, voilà qu'il versait aussi dans le paradoxe... Il avança ses lèvres vers Morgan et déposa sur son front un baiser aussi léger que marqué, avant de dévier pour s'approcher vers son oreille droite. Il n'était pas particulièrement lent dans ses gestes, ou disons plutôt que sa lenteur était parfaitement calculée.

« Presse-moi autant que tu le souhaiteras, je suis incapable de te fournir une réponse. »

Il recula, d'abord son visage puis de quelques pas, et ferma ses paupières. Une énième fois. Comme si le geste lui permettait d'y voir clair, comme s'il était aussi vital que de respirer. Il passa une main dans ses cheveux, un poing qui fit craquer ses doigts tant il serrait ses cheveux avec un peu trop de force, et pencha légèrement sa tête de côté avant d'ouvrir un regard à nouveau cruellement neutre. Neutre mais... Il respira profondément avant de regarder autour de lui et commencer à rassembler plusieurs plantes, racines et bouts d'écorce, ayant préalablement sorti un pilon qu'il avait posé au sol, là où la lune éclairait le plus. Ce ne fut que lorsqu'il avait rassemblé le plus d'ingrédients qu'il commença à les pilonner ensemble qu'il reprit la parole.

« Maintenant plus qu'avant. », conclut-il, le regardant droit dans les yeux le temps d'énoncer ces quelques mots.

Sa voix était douce, en contradiction la plus complète avec son expression glaciale et fermée.
Cataplasme, ensuite, reprise de cueillette. Et poursuite de la discussion. Éventuellement...
Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Sam 2 Mar - 15:59
Morgan Aristov
19/12/2018
30
18 Novembre 1975, 18 ans
Hogwarts... et Forêt des chutes de Jog
Assistant-Professeur d'Alexei
Ronchonne
Assistant-professeur d'Alexei
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t29-morgan-aristov-le-loup-sort-des-boishttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t54-la-famille-de-morgan-aristovhttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t61-demande-de-rps-de-morgan-aristov#126http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t55-voliere-de-morgan-aristov#117
Alors que le sorcier s’avançait, il se raidit, sa mâchoire se crispant. Le loup en lui attendait patiemment alors qu’il fixait son lien de ses orbes blanche. Sa respiration s’était coupé sans qu’il s’en aperçoive, a attente… jusqu’à ce que ses yeux s’écarquillèrent de surprise en sentant des lèvres sur son front. Douce…
Il serra un peu plus les dents… et les poings comme pour éviter ses mains de trembler. Et alors que le professeur se reculait pour murmurer à son oreille, sa respiration reprit lentement, prudente.

Presse-moi autant que tu le souhaiteras, je suis incapable de te fournir une réponse. 

Il ferma les yeux alors que le loup en lui se tapissait au sol, profondément déprimé par cette réponse alors que lui se maudissait. Il l’avait su depuis le début, lui parler était une erreur et maintenant, il en payé le prix. Il était totalement à la merci de l’autre et ce genre de réponse était plus douloureux qu’un simple rejet.
Tout aurait été tellement plus simple…

Quand il rouvrit les yeux, sont regard était dur même si la lueur de tristesse et de douleur était parfaitement visible. Et quand il croisa le regard du professeur, sa respiration se coupa de nouveau sans qu’il s’en aperçoive.

Maintenant plus qu'avant.

La douceur de sa voix n’avait pas atténué sa sensation de mal-être… et de vide qui s’était formé. Il recula d’un pas, un gémissement s’échappant de ses lèvres sans qu’il n’y prenne garde. Mais il ne s’était pas non plus rendu compte de s’être reculé et même s’il avait toujours forme humaine, le loup avait totalement prit dessus sur sa conscience et s’exprimait clairement.

Je ne te demande strictement rien… souffla-t-il.

Il aurait voulu le dire durement mais sa voix n’était qu’un murmure et si elle avait été parfaitement audible, il le du qu’au silence qui régnait. Une main serrant son haut au niveau du coeur, il secoua légèrement la tête en reculant d’un pas… puis d’un autre…
Avant de finalement prendre sa forme de loup… celle de grand loup noir où les zébrures blanches enjolivant magnifiquement sa fourrure étaient en réalité le symbole visible de cicatrices cachées. Les oreilles baissées, il s’allongea sur le sol, la tête piteusement posé entre ses pattes tout en continuant de l’observer. Ses muscles tendus prouvaient cependant qu’il serait prêt à s’enfuir à tout geste trop brusque de la part de l’autre. Mais si le professeur décidait de lui tourner le dos et de repartir à ses occupations, alors…


Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Lun 11 Mar - 4:01
Severus Snape
17/12/2018
28
Professeur de Potions
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t28-severus-snape-what-a-cowardise-twenty-points-less-for-gryffindor#55http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t93-severus-snape-tu-vois-pas-que-je-fais-une-potion-degagehttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t92-severus-snape-chouette-un-message#218
Snape avait le regard rivé dans les yeux lunaires du plus jeune, notifiant son mouvement instinctif de recul et le gémissement plaintif s'échappant de ses lèvres sans y réagir. Pour autant, notre Professeur ne bougea pas plus qu'il ne brisa son statut d'immobilité glaciale retrouvé. Le silence régnait de nouveau dans la clairière et il sentit que Morgan allait peut-être dire quelque chose, ce pourquoi il s'était figé. Sans se mouvoir, il remarqua la main qui serrait le haut du Loup, au niveau du coeur, et ce constat ne fit que durcir le regard congelé de notre Brun. Patient, immobile, il attendait.

« Je ne te demande strictement rien…
J'en suis conscient. »
, murmura-t-il en retour, d'un souffle si bas et si faible qu'il devint une simple brise caressant le silence.

Il ferma ses paupières, avec autant de douceur que de sévérité. Il le savait déjà, ça. Morgan ne lui demandait rien, sauf que Snape ne pouvait ni ne voulait se permettre d'agir de façon désinvolte ou nonchalante délibérément. Il n'avait pas vu le plus jeune reculer encore de quelques pas et se contenta de retourner s'asseoir derrière son pilon et de reprendre son travail sans faillir. Son visage froid laissait entrevoir quelques éclats de douceur, de manière infime, sans pour autant que le destinataire de cette douceur fût explicite. Et brusquement, soudainement, notre Professeur cessa tout mouvement. Le pilon, qu'il tenait à deux mains, était en l'air et ne descendit qu'une dizaine de secondes plus tard avec une extrême lenteur. Que... quoi ? Il prit le temps de digérer le fait qu'un énorme loup noir zébré de lignes blanches par endroits était piteusement allongé un peu plus loin, face à lui, et le regardait d'un oeil. Et malgré ça... il ne faisait pas mine de bouger, n'était pas enragé, n'était pas... Quoi ? Il prit le temps de digérer ? Absolument pas. Snape n'avait toujours pas digéré quand il se remit à pilonner les ingrédients qu'il avait rassemblé avant de prendre une feuille suffisamment grande pour recouvrir sa marque de mangemort et son bleu. Il tartina la feuille du liquide pâteux que son pilon lui avait fait obtenir et le plaqua fermement de sa main droite sur son bras gauche.

Il maintint ainsi la feuille pendant de longues minutes, attendant que le tout adhère et se colle naturellement tout en plissant les yeux sous le coup de la réflexion. Lorsqu'il retira sa main droite, elle alla caresser l'herbe tout en retombant mollement contre un mollet - Snape était assis en seiza - alors que son bras gauche alla se reposer sur ses jambes accolées. Lentement et souplement, il se redressa tout en terminant sa cueillette en quelques minutes, aussi efficacement que d'habitude. Cela fait, il se retourna vers... ce loup noir. Son bras gauche le lançait plus qu'avant, témoignant aussi bien de l'action du cataplasme que du fait que notre Professeur avait clairement forcé sans montrer une seule once de douleur, même par micro-expression. L'éclat de la pleine lune se retrouva légèrement diminué, du fait d'un nuage délétère passant devant. Et c'est dans ce cadre que Snape s'approcha lentement du loup avant de s'accroupir devant lui, reposant uniquement sur ses pieds - ses fesses ne touchaient pas le sol -, gardant tout de même un mètre de distance. Il entoura ses jambes de ses bras, posa son menton sur ses genoux, et plongea dans le seul oeil qu'il voyait sans sourciller.

L'autre elfique lui avait sorti les mots « loup-garou »... elle était sûre de son coup ? Parce que dans ses souvenirs, ce n'était pas franchement comme ça que se comportait un loup-garou... encore moins à la pleine lune. Il soupira. Encore une fois. Encore une énième fois. Et il tendit lentement une main - la gauche - vers la tête du loup, lui laissant largement le temps d'accepter ou de refuser ce qui allait évidemment être une caresse. Il passa donc une main sur la tête du plus jeune... du loup... du loup plus jeune disons, et gratouilla légèrement la base d'une oreille. L'expression froide de Snape se dégela lorsqu'un sourire froid mais léger et attendri étira de très peu les commissures droites de ses lèvres.

« Tes oreilles sont douces. », murmura-t-il comme tantôt, d'une voix plus dure que douce. D'une voix plus légère qu'une infime brise.

Ce qu'il disait n'avait aucune importance ? Pour lui, ça en avait de le formuler à cet instant.
Pourquoi ? ... Bonne question. Il avait arrêté de se la poser.
Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Mar 9 Avr - 13:37
Morgan Aristov
19/12/2018
30
18 Novembre 1975, 18 ans
Hogwarts... et Forêt des chutes de Jog
Assistant-Professeur d'Alexei
Ronchonne
Assistant-professeur d'Alexei
http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t29-morgan-aristov-le-loup-sort-des-boishttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t54-la-famille-de-morgan-aristovhttp://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t61-demande-de-rps-de-morgan-aristov#126http://pimentine-et-dictame.forumactif.com/t55-voliere-de-morgan-aristov#117
Il l’observa travailler un moment, la tête posée sur le sol. Devait-il partir ? Une part de lui voulait fuir… fuir loin de cette école, des sorciers… de lui. Une autre partie voulait restait et de plus le quitter. Comment ça, sous sa forme de loup et ne jamais reprendre sa forme humaine.
Il y avait pensé souvent après-tout, de rester sous sa forme de loup. Peut-être devait-il vraiment le faire. Au fond, tout était plus simple sous forme lupine et sa meute n’avait pas besoin de sa forme humaine après-tout.

Une main se tendit vers lui et il cligna les yeux, observant le propriétaire de cette main. Ce sorcier… celui qui avait été désigné comme étant son compagnon… n’avait pas peur de lui ? Sous cette forme ? Pourtant, il savait ce que les sorciers pensaient d’eux et il avait toute les raisons de le craindre…
Était-ce cet elfe ?

Il ferma les yeux un peu plus longtemps pour inviter le plus âgé à continuer son geste. Ce n’était pas comme s’il allait le mordre… ou le repousser, il ne pouvait pas. Enfin, il était plus juste de dire qu’il le pouvait mais ne le voulait pas. C’était une différence que beaucoup ne pouvait pas saisir mais pour lui, elle était essentiel. Même s’il n’avait pas le choix en la personne, il avait le choix sur la façon de réagir s’il le désirait.
Mais la magie était bien faite alors… il accepta avec bonheur la caresse, ronronnant étrangement pour le loup qu’il était.

- Tes oreilles sont douces.

Il le fixa intensément, comme pour deviner le sens caché de ses paroles. Mais peut-être qu’il n’y en avait pas et que l’autre cherchait seulement à mettre… finalement des mots sur la situation aussi invraisemblable qu’elle puisse être. Après tout, il avait peut-être quelqu’un dans sa vie ou une famille…
Lui n’était qu’une créature magique venue de nulle part…

Il gémit doucement, comme pour lui demander de le laisser rester à ses côté malgré tout, même si ce n’était que sous cette forme, tel un loup errant. Cela lui suffirait… seulement rester à ses côtés…


Re: Vive la Magie ! Tu parles... {.feat Severus Snape}
Contenu sponsorisé

Sauter vers: